Parasites

Fourmi pharaon (Monomorium pharaonis)

Description:

La fourmi pharaon appartient à la sous-famille des Myrmicines, la plus grande sous-famille de fourmis. Ce groupe est représenté par 300 espèces en Amérique du Nord.

Cette très petite fourmi a une coloration variant de jaune pâle à brune en passant par le rouge. Son abdomen, aussi appelé gastre, est généralement plus foncé que le reste du corps. Les colonies de cette espèce comptent une seule forme d’ouvrières (il n’y a pas de soldats, par exemple, comme chez d’autres colonies de fourmis).

Les ouvrières sont des fourmis femelles qui mesurent entre 1,5 et 2,5 mm de long. Les reines sont les plus grosses fourmis de la colonie, avec une longueur variant entre 3,5 et 5 mm. De teinte brune-rouge, elles ont une coloration plus sombre que les ouvrières.

Cycle de vie :


Les fourmis pharaons vivent en grosses colonies contenant plusieurs reines (les colonies sont dites « polygynes ») et de nombreuses ouvrières (certaines colonies comptent 300 000 individus ou davantage). Les reines et les mâles s’accouplent dans le nid. Contrairement à ce qui se passe chez plusieurs espèces de fourmis, il n’y a pas de vol nuptial.

Les reines perdent leurs ailes peu de temps après l’accouplement. Elles se mettent à pondre, ce qui constitue l’essentiel de leur tâche. Chaque reine produit environ 400 œufs au cours de sa vie. Un œuf fertilisé donne naissance à une femelle (ouvrière ou reine), un œuf non fertilisé à un mâle.

De l’œuf microscopique sort une larve aveugle, sans pattes, et segmentée, qui sera nourrie par les ouvrières. Au terme de sa croissance, la larve se transforme en pré-nymphe, puis en nymphe, et enfin en adulte. À une température d’environ 27°C et à 80 % d’humidité, il faut compter 38 jours de la ponte de l’œuf à l’émergence d’une ouvrière adulte. L’incubation de l’œuf dure 7,5 jours, le stade larvaire 18,5 jours, le stade pré-nymphal 3 jours et le stade nymphal 9 jours. Le développement des reines et des mâles nécessite quatre jours de plus, car leurs larves sont plus grosses.

Les ouvrières s’occupent de l’approvisionnement en nourriture de la colonie, des soins au couvain (œufs, larves et nymphes) et aux reines, ainsi que de la défense du nid. Les reines vivent environ 200 jours, les ouvrières environ 70.

La formation de nouveaux nids se produit par « bourgeonnement » de la colonie. Un groupe d’ouvrières déplace une partie du couvain vers un autre site de nidification. Des reines accompagnent souvent ces groupes qui quittent la colonie mère. Cependant, la présence de reines n’est pas essentielle à la formation d’une nouvelle colonie, car les ouvrières peuvent élever de nouvelles reines et des mâles à partir du couvain existant. Les fourmis peuvent s’installer dans des nids temporaires en attendant de trouver un endroit plus approprié. Le transport accidentel de ces nids peut être une source d’infestation.

Les jeunes colonies satellites restent souvent en contact avec la colonie mère lorsqu’elles se trouvent dans un même bâtiment. Il y a alors partage des ouvrières, du couvain et de la nourriture. Par cette capacité à se diviser perpétuellement, une colonie de fourmis pharaons laissée à elle-même est pour ainsi dire « immortelle ».

Habitat :

Dans nos régions aux durs hivers, cette espèce s’établit uniquement dans des bâtiments chauffés. Elle est donc inévitablement associée à la présence humaine. On la trouve dans les maisons, les édifices à logements multiples, les bureaux, les boulangeries, les épiceries, les restaurants, les hôpitaux, les animaleries, les zoos, etc.

Alimentation :

La fourmi pharaon est un insecte omnivore. Elle se nourrit d’aliments sucrés, par exemple des biscuits, des sirops, des jus de fruits, des gelées, des gâteaux et des tartes, aussi bien que d’aliments gras ou riches en protéines (fromages, viandes, charognes). Elle chasse également des petits insectes et mange leurs oeufs.

Cette fourmi peut se contenter de poli à chaussure, de morceaux d’éponges naturelles et d’insectes morts.
Les larves sont nourries par les ouvrières avec du liquide régurgité ou des aliments partiellement mastiqués. Les larves destinées à devenir des reines reçoivent davantage de nourriture que les autres.

Comportement particulier :


Les fourmis pharaons se déplacent souvent à la file indienne. Ce comportement est dû au fait que les ouvrières qui trouvent des aliments ou de l’eau laissent des traces chimiques sur le sol pour indiquer à leurs congénères le chemin entre la source de nourriture et le nid. Elles recrutent d’autres ouvrières pour suivre leurs traces et rapporter des vivres à la colonie. Les pistes chimiques peuvent mesurer plusieurs mètres de long. Elles sont souvent cachées derrière des meubles ou d’autres objets sur la plus grande partie du trajet.

Les ouvrières ont tendance à longer les murs, à tourner dans les coins et à suivre les bordures des tapis, par exemple. Elles se déplacent fréquemment à l’intérieur des murs, longeant les tuyaux et le filage électrique. Il est donc commun de les voir sortir des plaques électriques murales et des pourtours des tuyaux. Les pistes chimiques des fourmis se trouvent souvent le long des comptoirs dans la cuisine et la salle de bain, autour des lavabos et du bain, dans le cabinet de pharmacie, dans et autour du lave-vaisselle, dans les armoires, les garde-robes, la salle de chauffage, etc.

Des études effectuées aux États-Unis dans des hôpitaux infestés par les fourmis pharaons ont permis de trouver une vingtaine de bactéries différentes sur ces insectes. Plusieurs d’entre elles sont des bactéries pathogènes, incluant des espèces appartenant aux genres Salmonella,Streptococcus, Clostridium, Pseudomonas et Staphylococcus. Au cours de leurs déplacements, les fourmis peuvent contaminer du matériel stérile et des patients, et ainsi transmettre des maladies. Les fourmis trouvées dans les maisons ne semblent généralement pas porteuses des bactéries mentionnées plus haut.

Généralités et contrôle :

Des petites colonies de fourmis pharaons sont souvent introduites accidentellement dans les maisons. En effet, ces insectes peuvent nicher dans des boîtes ou des meubles que l’on transporte d’un endroit à un autre. De plus, on compte plusieurs reines par colonie. La migration d’une colonie satellite d’un appartement vers le logement voisin est aussi très fréquente.

Cette espèce de fourmi très envahissante n’est pas facile à contrôler, car ses colonies se déplacent dès qu’elles sont dérangées et trouvent rapidement de nouveaux sites de nidification. En règle générale, on compte plusieurs nids dans un même bâtiment.

Les nids sont typiquement localisés dans des endroits abrités, chauds et humides, souvent dans la cuisine et la salle de bain. On rencontre fréquemment ces fourmis près des tuyaux et appareils de chauffage, des lavabos, des drains et des toilettes. Elles peuvent élire domicile dans à peu près n’importe quel endroit abrité : entre les murs, sous les planchers, dans les déchets, dans un vieux coffre, dans des meubles, des fissures, des pots de plantes d’intérieur, des boîtes de biscuits ou de sucreries, etc.

L’élimination de ces insectes peut encore être difficile, particulièrement si le problème est grave. Il est alors recommandé de consulter des exterminateurs professionnels.
 


logo ABC Les régions déservies en Estrie

 
 

Rejoignez-nous sur notre page Facebook!

Nouvelles

L’arrivée des nuits plus fraîches poussent plusieurs espèces de rongeurs à se préparer pour la période hivernale. Votre maison devient donc un lieu de refuge et ce, bien souvent à votre insu. Demandez une consultation.

La coccinelle asiatique ainsi que la mouche pollénie choisissent aussi nos demeures pour y passer l’hiver. Demandez une estimation gratuite sur nos traitements. Travail garanti.

Consultez aussi notre document sur les punaises de lit.

Heures d’ouvertures
Lundi au vendredi 8h à 17h

Témoignages

Pizzéria Orford est client d’A.B.C extermination depuis son ouverture à Magog. 
« Votre professionnalisme, votre service et votre disponibilité ont toujours répondu entièrement à nos besoins. Vous êtes les meilleurs! Bravo! »

Nicole Blanchard,
propriétaire Pizzéria Orford, Magog